Photographie oeuvres Dewar et Gicquel

Coquilles et feuilles de choux

Exposition en cours

Découvrez les œuvres de Daniel Dewar et Grégory Gicquel dans la salle des festins !

  • Aux horaires du monument

  • L'accès à l'exposition est inclus dans le droit d’entrée du monument.

  • Réservez votre billet

Présentation

Dans le cadre du programme « Un artiste / Un monument » initié par le Centre des monuments nationaux, le duo d’artistes franco-britannique Daniel Dewar et Grégory Gicquel propose une installation conçue pour la salle des festins du palais comprenant un ensemble de sculptures.

Des céramiques modelées et cuites dans un four à bois et une série de meubles sculptés à la main dans du chêne massif seront disposées dans la salle des festins en trois rangs alignés. Parmi ces sculptures, des pichets en grès prennent la forme d’un pied agrémenté d’une anse, un motif récurrent dans le travail du duo. Une jarre voit sa surface recouverte de torses luisants qui se démultiplient et sur lesquels se découpent des escargots. De part et d’autre de ces céramiques sont disposées des sculptures en chêne massif, dont deux banquettes pourvues de coussins brodés et des meubles ornés de motifs tirés du vocabulaire incongru du duo.

Face à l’opulence du palais, à ses cheminées monumentales ouvragées et à ses nombreux ornements, qui jadis faisaient état de la richesse du propriétaire, accumulée grâce au commerce et à l’impérialisme naissant, Dewar & Gicquel nous invitent, héritiers de ce passé, à renégocier et à repenser notre manière d’habiter le monde, le tout avec joie et humour.

A découvrir lors de votre visite et visite spécifique commentée et dans le cadre du parcours Bourges Contemporain

Les artistes

Depuis près de trois décennies, à la suite de leur rencontre, en 1997, les artistes Daniel Dewar et Grégory Gicquel se consacrent en duo à l’exploration et à l’expérimentation de techniques artisanales et industrielles, d’outils modernes et traditionnels et d’une gamme de matériaux encyclopédique. Leur démarche singulière interroge le rapport de l’artiste – et plus largement de l’Humanité – au travail et à la production, ainsi que la co-évolution historique de l’art et de l’industrie.
S’appuyant sur leurs propres connaissances et sur leur force de travail, chaque nouvelle sculpture ou série est créée dans les ateliers des artistes. Cela implique des phases d’essais et d’erreurs, ainsi qu’un engagement sur de longues périodes, et maintient une part d’incertitude quant au résultat. Refusant de sous-traiter ou de déléguer ce travail, le duo a dû développer un vertigineux répertoire de savoir-faire artisanaux, traditionnels comme modernes, et de connaissances des techniques, notamment en matière de construction de four, de grès grand feu, de textile tissé à la main, de sculpture du chêne ou du granit et de broderie assistée par ordinateur.